- Champs Libres, Chronique de Yves Gagnon –  « Les saveurs du paysage », printemps 2012 – Extrait bibliographique

«  Un cheminement singulier

Claudine vit sa jeunesse à Montréal avec de fréquents séjours à Val-David, à la maison de son grand-père. Après avoir complété ses études secondaires à l’École internationale de Montréal, elle étudie en design au CÉGEP du Vieux-Montréal où elle apprend le dessin et s’initie à l’organisation spatiale.

Elle s’inscrit ensuite à une mineure en anthropologie à l’Université de Montréal, une formation qui développe sa fibre sociopolitique et militante. Pour gagner sa vie, elle devient messagère à vélo. Elle participe activement à la fondation du collectif Montréal à Vélo dans lequel elle s’implique par la production d’un journal, Le Vélocité, et par l’organisation d’événements reliés au transport.

Lors d’un voyage au Costa-Rica, elle découvre la permaculture. À son retour d’Amérique centrale, portée par un besoin viscéral de créer, elle s’inscrit au BAC en Architecture du paysage à l’Université de Montréal pour se rendre compte que le cours et axé principalement sur les matériaux inertes et la conception ex-situ; elle réalise de surcroît que le programme ne compte qu’un seul cours obligatoire sur les végétaux en quatre années. Elle complète donc qu’une mineure dans cette discipline ce qui lui confère tout de même le titre de designer de jardin.

Assoiffée de connaissances sur les végétaux comestibles, elle s’inscrit alors au DEP en horticulture à l’École d’horticulture de Montréal, affiliée au Jardin botanique. Déçue par le peu d’information offerte sur les plantes alimentaires, elle réalise chaque soir des fiches visuelles sur deux plantes comestibles vivaces, principalement des arbres et des arbustes, pour lesquels elle consigne les principales caractéristiques morphologiques ainsi que les besoins culturaux. Ce travail la simule dans son idée de créer des paysages comestibles.

Une fois sa formation complétée, au printemps 2009 Claudine effectue un retour à Val-David. Elle travaille durant l’été pour La Pépinière Rustique en  restauration de rives. L’hiver suivant, elle achète la maison de son grand-père qu’elle rénove, puis, durant l’été, elle aménage sur le terrain des jardins de démonstration en permaculture. C’est à la fin de l’été 2010 qu’elle crée Croque Paysage, une entreprise dont la mission première consiste à concevoir et à réaliser des paysages comestibles permanents. »