L’EMPLACEMENT DU POTAGER

Pour implanter un potager de légumes, fines herbes et fleurs comestibles annuels, il faut considérer ces différents facteurs : l’ensoleillement, l’accessibilité à l’eau, la proximité avec votre cuisine, la protection aux vents dominants, la distance par rapport aux arbres environnants et le niveau et le drainage du site.

1) L’ensoleillement

La majorité des légumes ont besoin d’un maximum de lumière, c’est-à-dire qu’il faut idéalement un endroit qui leur procure du soleil du matin au soir, soit un minimum de 8 heures d’ensoleillement.

Il faut se rappeler que le soleil se lève à l’Est, qu’il est à son zénith à midi, qu’il se couche à l’Ouest et que l’axe de ce dernier baisse à mesure qu’avance l’été. L'hiver, le soleil est donc plus bas qu'en été. Il faut prendre cela en considération selon le moment où l'on analyse notre terrain. 

Google Map est un bon outil pour vous aider à positionner le Sud sur votre terrain. Vous pouvez aussi piqueter les quatre coins des différentes zones où vous pensez pouvoir installer votre potager et analyser s’ils restent au soleil tout au long de la journée. Si vous faites cet exercice au printemps avant la feuillaison des arbres environnants, prenez en considération que ceux-ci pourraient diminuer votre ensoleillement.

Si votre ensoleillement est en deçà de 8 heures, optez pour les légumes-feuilles ou la culture de vivaces comestibles de mi-ombre. Ceci dit, même si quelques légumes peuvent bien croître à la mi-ombre, il est conseillé d'exercer une rotation de vos cultures pour éviter les problèmes d'insectes, de maladies et d'épuisement du sol, ainsi que l'usage abusive d'intrants extérieurs. Il est donc préférable que l'emplacement de vos plantations annuelles présente l'ensoleillement optimale souhaité tout l'été.

2) L’accessibilité à l’eau

Sans eau, à moins d’un été exceptionnel aux arrosages naturels réguliers, il est difficile d’avoir une bonne productivité au jardin. En général les légumes ont besoin d’une humidité constante, encore plus ceux qui contiennent beaucoup d’eau tel que le céleri, la courgette et le concombre. Bref, il ne faut pas avoir à trimballer l’eau dans des sceaux pour arroser son jardin. Assurez-vous que votre tuyau d’arrosage se rende au jardin, avec une bonne pression et ce, même si vous installez un système d’irrigation, car des légumes peuvent nécessité plus d'arrosage que d'autre par moment. Ceci dit, comme la majorité des légumes ont besoin d'une humidité constante, il est judicieux d'installer un système d'arrosage automatisé avec une minuterie afin de se libérer de ce labeur fréquent si votre sol est sablonneux et les précipitations, pas assez fréquentes.

3) La protection aux vents dominants

Lorsque les vents sont trop forts, les plantes ferment leurs stomates, de petits trous qu’elles ont sur toute leur surface qui leur permettent de respirer. Cela a carrément pour effet d’arrêter leur croissance. Aussi, en présence de vent, les plantes s’assèchent et peuvent casser. Il est donc primordial de choisir un endroit protégé des vents dominants ou de planter une haie brise-vent pour les ralentir.

4) La proximité de la maison et de la cuisine

Plus le potager sera près de la maison et plus vous aurez tendance à aller le visiter, vous en occuper et le récolter.

5) La distance par rapport aux arbres environnants

Les racines des arbres matures chercheront à coloniser la belle terre meuble et riche de votre potager et ils gagneront la compétition haut la main ! Les racines des arbres vont généralement 30% plus loin que le diamètre de leur couronne de feuillage. Vous saurez rapidement si vous êtes trop près d’un arbre en pelletant ou en fourchant le sol en surface.

Les arbustes peuvent aussi être un problème car plusieurs d’entre eux ont des racines superficielles et drageonnantes; c’est-à-dire, qu’ils se multiplient en s’élargissant. Vous voulez régler ce problème à la base, en vous éloignant donc des arbustes aussi. Un mètre et demi de distance devrait suffire. Si ce n’est pas possible de vous en éloigner, dans le cas des arbustes, vous pouvez installer dans le sol une barrière plastique épaisse d’au moins 2’ de profond pour empêcher les racines de coloniser votre jardin. Si cela n’est pas possible, il est préférable d'opter pour la culture en pots ou en bacs surélevés avec un fond ou un géotextile de bonne qualité.

6) Le nivellement et le drainage naturel du site

Pour installer un système avec des bordures et une clôture tel que notre concept Mon Potager Intelligent, le terrain doit être plat et présenté une pente maximale de 2%. Si votre emplacement ensoleillé fait entre 3% et 15% de pente, il est toujours possible de le nivellé à l'aide d'une pelle mécanique. Notez que nous offrons ces services. Pour toute pente de plus de 15%, il faut prévoir la construction d'un ou de plusieurs murets.

Les légumes ont besoin d'une humidité constante, mais ne doivent pas avoir les pieds dans l’eau! Un sol qui s’égoutte mal peut devenir un problème pour la croissance des plantes, car les racines et les micro-organismes du sol ont aussi besoin d’oxygène pour croître. De plus, cela peut retarder le projet de jardinage car un tel sol prendra du temps à se drainer et à se réchauffer au printemps.

Analysez votre terrain lors d’une forte pluie pour voir où l’eau circule et tend à s’accumuler. Choisissez un endroit qui se draine facilement. Un terrain presque plat, qui n’est pas au pied d’une butte où l’eau aurait tendance à s’accumuler. Pensez aussi que, si votre potager est en bas d’une pente, comme l’air froid descend, alors que l’air chaud monte, il sera davantage sujet aux dégels tardifs le printemps et aux gels hâtifs l’automne.

Si le terrain est trop humide et que c’est le seul endroit que vous avez, voyez à créer des rigoles en amont pour évacuer l’eau. Dans ce cas, on peut aussi décider de faire un potager surélevé en bac, ce qui augmente aussi la capacité de drainage de votre jardin. Plus il sera haut (maximum 30'' pour le confort), plus cela augmentera le drainage.