Nous sommes producteurs agricoles et notre production de comestibles en pots est certifiées biologique avec Ecocert. Nos produits et services sont disponibles sur place seulement.
VISITE VIRTUELLE DES LIEUX

Service de consultation en irrigation - 75.00$ / Consultation 1hre

Vous pouvez prendre rdv et payer en ligne pour une consultation sur place en irrigation. Il suffit d'apporter les dimensions de votre potager en plein sol, de votre arrangement en pots, de votre plate-bande ou de votre haie à irriguer, ainsi que la distance entre celui-ci et votre sortie d'eau. Ainsi, nous pourrons planifier votre système d'irrigation programmable avec vous selon vos besoins, et vous outiller pour que son installation se déroule bien. Nous octroyons 15% de rabais sur votre achat de matériel d'irrigation le jour de votre consultation.

Pour l'irrigation du potager, nous proposons un système hybride à deux valves indépendantes. Le plus important est le système goutte-à-goutte, pour les plants. Le deuxième est le système par aspersion, pour l'arrosage permettant une germination rapide et uniforme des semis directs.

 

Consultation en irrigation

 

Arrosage

Les plantes sont constituées à 80-95 % d’eau. Par évapotranspiration, elles tirent l’eau du sol pour véhiculer les nutriments et minéraux par leurs racines pour leur croissance, et la libèrent par leurs parties aériennes. Pour croître et être productives, les plantes bénéficient donc d'un apport en eau régulier. Les plantes potagères annuelles consomment proportionnellement plus d’eau et sont moins résilientes que les plantes vivaces, dont les racines sont généralement plus profondes pour répondre à leur besoin en eau.

 

Grosso modo, il faut en moyenne 3 à 5 cm d’eau par semaine pour maintenir une bonne humidité dans le sol. Bien sûr, cela dépend du type de sol, du choix de cultures, du moment dans la saison et s’il s’agit d’un potager en plein sol ou en bac surélevé. Les légumes cultivés en pots ou en bacs surélevés ont des besoins plus importants car ils se réchauffent et se drainent plus rapidement.

Les sols sableux, aussi plus drainants, demandent plus d’arrosage que les sols argileux. Pour minimiser les besoins en eau au jardin, on amende les premiers de compost, de basalte, de biochar et de poudre d’argile.  On utilise aussi le paillis de feuillus (BRF) pour limiter l’évaporation de l’eau du sol et capter l’eau de pluie.


 

 

Un feuillage qui commence à faner montre que la plante est déjà en état de stress avancé, donc il ne faut pas attendre de voir ce signe avant d’arroser. L’idéal est de se munir d’un détecteur d’humidité (nous en offrons à la jardinerie @13.95$), un petit outil manuel qui lit le taux d’humidité du sol et qui permet de vérifier le besoin réel en arrosage.

Attention, le sol ne doit pas être constamment détrempé car les racines et les organismes du sol ont besoin d’oxygène pour leur activité. Il faut donc laisser la terre s’assécher entre deux arrosages, mais pas jusqu’à son assèchement total, soit à la limite entre ‘‘sec’’ et ‘‘humide’’ sur le détecteur d’humidité, puis on arrose à volonté jusqu’à ce que le détecteur indique un sol détrempé. Ainsi, les racines suivent l’assèchement du sol et leurs racines croissent en profondeur pour suivre la disponibilité en eau et gagnent en autonomie entre chaque arrosage. Attention de prendre plusieurs lectures en surface afin d'avoir une moyenne du besoin.

 

En effet, un arrosage trop serré et moins profond crée des racines en surface qui sont dépendantes d’un arrosage trop fréquent et qui s’assèchent aux premiers écarts d’arrosage. Ainsi, il vaut donc mieux arroser abondamment aux 1, 2, 3 jours selon l’indication du détecteur.

Aussi, il est préférable d’arroser directement au sol, plutôt que le feuillage, autrement une bonne partie de l’eau s’évapore. Le meilleur moment pour arroser est tôt le matin pour donner le temps à l’eau de pénétrer le sol, sans être asséché par la chaleur. Le deuxième meilleur moment est l’après-midi, avant que le soleil ne se couche. Il faut éviter d’arroser en plein jour, pour ne pas brûler les feuilles et faire évaporer une partie de l’eau, ni tard le soir car l’humidité et la fraîcheur de la nuit peuvent développer des maladies fongiques.

On peut arroser manuellement avec un pistolet d’arrosage programmé sur "shower". Une lance d’arrosage avec un embout gradué peut aussi permettre d’arroser le sol directement et confortablement. On peut aussi installer un tuyau suintant sous le paillis espacé de 30 cm (12 po) maximum entre chaque ligne de tuyau. Comme ces tuyaux poreux ont de très petits trous, il faut arroser longtemps pour humidifier les 30 premiers cm de sol (12 po) en vérifiant avec le détecteur.

Arroser manuellement  le potager peut  permettre de voir ses besoins et son évolution. Par contre, dans l’optique d’avoir un potager à entretien minimal, l’idéal est d’installer un système d’irrigation à la surface du sol, avec une minuterie programmée pour arroser longtemps aux 1, 2, 3 jours. L'arrosage est ainsi plus facile, mais il faut tout de même vérifier régulièrement avec le détecteur d’humidité et modifier la programmation au besoin, car on peut aussi arroser trop! Avec le temps, on connaît notre sol, l’évolution de nos plantations au fil de la saison et l’analyse de leur besoin en arrosage devient plus facile pour un arrosage automatisé.

 

Consultation en irrigation