Nous sommes producteurs agricoles et notre production de comestibles en pots est certifiées biologique avec Ecocert. Nos produits et services sont disponibles sur place seulement.
VISITE VIRTUELLE DES LIEUX

Service d'analyse de pH et recommandations -  19.95$ /analyse

Chez Croque Paysage, nous avons l’outil spécialisé et l’expertise pour identifier le pH du sol de votre projet résidentiel/communautaire, et pour vous indiquer les amendements naturels à apporter au besoin selon la nature de votre sol et les cultures visées.

Des plages horaires sont spécifiques pour les analyses de pH sur place. En vous présentant avec votre échantillon (voir procédure de prélèvement plus bas) durant ces temps, vous pourrez avoir votre résultat en 30 à 45 minutes, ainsi que nos recommandations. Autrement il est possible de payer, de nous confier votre échantillon, et de recevoir les informations par courriel. Les frais sont de 19.95$ par analyse de pH, payable sur place. Au même moment, transmettez-nous votre résultat de texture maison (voir procédure plus bas) et nous serons en mesure de vous concocter une recette d'intrants naturels disponibles en vrac sur place, afin d'aggrader votre sol naturellement.

Ci-bas, plus de détails sur l'importance de l'analyse de sol afin d'améliorer la texture, la structure, le pH, et la biologie de votre sol, pour réussir vos cultures et construire une productivité grandissante.

Plages horaires d'analyse de pH en jardinerie

Jeudi

   Vendredi  

       Samedi        

     Dimanche     

Lundi

9h à 10h

9h à 10h

9h à 10h

9h à 11h

9h à 10h

 16h30 à 17h30  

   16h30 à 17h30    

15h30 à 16h30

15h30 à 16h30

  15h30 à 16h30    

 

Méthode de prélèvement pour analyse

Le but du prélèvement d'échantillons du sol est de recueillir un petit volume de sol représentatif du volume entier du sol à exploiter, à des fins d’analyse. Elle se fait en trois étapes. D'abord, il faut faire le prélèvement d'un échantillon représentatif de la parcelle à cultiver, assez conséquent pour pouvoir faire un test de décantation à la maison afin de  connaître sa texture, ainsi qu’un test de pH à la jardinerie, pour connaître son pH. En partageant avec nous votre résultat de texture, nous pourrons procéder à l’analyse de pH, puis vous recommander les amendements naturels à apporter pour profiter du sol à son plein potentiel selon le type de culture visé. 

Matériel

- Contenant en plastique pour le prélèvement*

- Outil en plastique ou en bois pour le prélèvement*

- Contenant de plastique ou de verre d’environ 2 tasses. Les contenants doivent être propres.*

*L’usage du métal (sauf acier inoxydable) peut falsifier le résultat, c’est pourquoi nous recommandons d’utiliser des outils et contenant en verre, en bois ou en plastique.

Procédure

1- Bien identifier physiquement la future zone de culture à l’aide de piquets et de cordes au besoin et nommer l’échantillon. La zone de sol doit être visuellement homogène lorsqu'elle est pelletée en surface. Autrement, il s’agit de zones distinctes et plus d’un échantillon doit être analysé.

2- Calculer la superficie de la zone et la noter dans le questionnaire suivant.

3- Effectuer le prélèvement:  À l'aide d'un outil, prélever les échantillons à une profondeur d'environ 15 cm (6 po) et les déposer dans le contenant. Pour qu'un échantillon de sol soit représentatif, il doit être prélevé un peu partout dans toute la zone de culture. Prélever au moins 10 échantillons pour obtenir un échantillonnage représentatif. Comme c’est le sol qui est étudié, la matière organique de surface (feuilles mortes, pelouse, etc.) doit être éliminée de l’échantillon. 

4- Bien mélanger le tout. Réserver 2 tasses de ce mélange pour l’analyse de texture maison (test de décantation), 2 tasses pour l’analyse de pH en jardinerie. Les laisser sécher à l’air s’ils sont humides, déposer 2 tasses de ce sol dans le pot masson de 1 litre et apporter l’autre 2 tasses à la jardinerie. Identifier clairement l'échantillon sur le contenant et remplir le questionnaire suivant.

5- Utiliser le reste du prélèvement pour effectuer le test de texture maison (voir plus haut)

*Répéter les étapes en simultané si plusieurs tests sont envisagés. BIEN IDENTIFIER LES CONTENANTS avec votre nom et le nom de la zone, et de remplir le questionnaire pour chacun d’eux.

Analyser son sol


La culture en plein sol est la façon la plus simple, économique et écologique de jardiner. Pour cela, il faut par contre s’y attarder. L’analyse de votre sol existant est une étape primordiale pour savoir comment l’optimiser dans le but d’atteindre des récoltes abondantes. 

À l’exception d’un sol contaminé, tous les types de sols peuvent être travaillés afin d’obtenir un sol idéal pour la culture. Par exemple, la majorité des sols des Laurentides ont un pH acide et une texture sableuse, alors que les sols de la grande région de Montréal, sont plutôt alcalins et argileux. Même ces extrêmes peuvent être améliorés naturellement afin de tendre vers l’idéal, selon les cultures souhaitées. 

En effet, seulement une infime partie des terres du Québec représentent des sols idéaux pour la culture; il est donc normal d’avoir à investir dans son sol afin d’améliorer sa texture, sa structure, sa fertilité et sa biologie, et d’adopter des pratiques culturales qui permettent de les maintenir et de les faire évoluer. 

Le sol du potager

Le potager doit présenter un sol riche en matière organique, aéré, au pH neutre, enrichi et à la chimie équilibrée. De plus, les plantes potagères ont besoin d'un sol meuble qui détient une bonne capacité de rétention d’eau. 

Le sol d’un aménagement de vivaces comestibles

Pour ce qui est des vivaces, cela est différent. À l’instar du potager, on peut vouloir atteindre les mêmes objectifs de pH et de texture, afin de permettre l’établissement d’une grande diversité de plantes comestibles sur son terrain. En effet, la majorité des plantes vivaces se plairont dans ce type de sol. Par contre, contrairement aux plantes potagères, il existe des vivaces pour tous les types de sol et de pH. Il est donc possible par exemple, d’implanter des plantes de sol acide et sableux, si tel est le résultat de nos analyses.

Dans tous les cas, l’analyse permet d’orienter les choix et le projet. Pour bien améliorer son sol,deux principales variables sont à surveiller : le pH du sol et sa texture.

Analyse de texture maison

Un bon sol est composé de matière organique, de matière minérale, d’eau, d’air et de micro-organismes. Le but du test de texture est de connaître les proportions occupées par les composantes minérales d’un sol, classées selon leur granulométrie (mesure des particules). Elles sont la pierre, le gravier, le sable, le limon et l'argile. Ce sont ces 3 dernières qui nous intéressent dans ce test et elles sont nommées en ordre de grosseur.

Il est possible de faire l’analyse de texture maison suivante afin d’ajouter au sol des intrants naturels pour l’optimiser, créer une texture loameuse et maximiser sa productivité. En maraîchage biologique, on appelle cela ‘’amender un sol’’.

1) Mettre 2 tasses de sol sec, réduit en poudre au besoin, dans un pot masson de 1 litre, puis ajouter de l’eau jusqu’au collet.

2) Y déposer deux c. à thé de sel de tle, agiter vigoureusement le mélange pendant 2 minutes, puis le laisser reposer pendant 24 heures.

3) Après 24 heures, les différents constituants se déposent et on peut noter une séparation des différentes particules de sorte qu’il est possible de les identifier. Le sable plus lourd et plus grossier se dépose au fond, suivi du limon, de l’argile et de l’eau.

4) On peut alors calculer le pourcentage de chacun des éléments pour pouvoir caractériser la texture du sol à l’aide du tableau suivant. Noter qu’il est possible d’avoir 2 et même 1 seul constituant (sable, limon, argile).

On peut alors calculer le pourcentage de chacun des éléments pour pouvoir caractériser la texture du sol à l’aide du tableau suivant. Pour calculer un %, mesurer la hauteur totale des particules déposées au fond de l’eau. Cela représente 100% du contenu. Ex: 10 cm. Ensuite mesurer la hauteur des différents constituants. Ex.: Sable 5 cm / Limon 3 cm / Argile 2 cm.On doit arriver à 10 cm en les additionnant. Ensuite calculer le % de chacun. 100% = 10 cm. Ex.: Sable 5/10 = 50% / Limon 3/10 = 30% / Argile 2/10 =20%. Analyser le tableau pour déterminer la texture du sol : Ici, c’est un sol loameux.

 

  % de sable    

    % de limon    

     % d’argile   

Sols sableux       

  70 et +

    0-30

   0-15

Sols limoneux

    0-20

  80 et +

   0-15

Sols argileux

    0-45

    0-40

  25 et +

Sols loameux

   40-60

   30-50

  15-25

 

 Selon vos résultats et les cultures visées, nous pouvons vous conseiller sur les apports à incorporer à votre sol afin d’en améliorer sa texture, sa structure et sa fertilité. Selon votre surface à travailler, vous n'avez qu'à nous transmettre vos dimensions et nous pourrons vous préparer un mélange d'intrants naturels en vrac, tel que de la poudre d'argile, du basalte, de la chaux dolomitique, du biochar et de l'engrais marin. On conseille de recouvrir la surface de votre aménagement avec du paillis de feuillus (BRF), afin d'attirer les bactéries et champignons bénéfiques dans votre sol, et d'y catalyser une biologie croissante.

 

 

Analyse de pH du sol - Disponible sur place à 19.95$, détails ci-haut

Le potentiel d’hydrogène (pH) est la mesure d’acidité ou d’alcalinité d’une solution. En dessous d’un pH de 7, on dit d’un sol qu’il est acide, alors qu’au-dessus de 7 il est alcalin. Rappelons que les plantes potagères préfèrent un sol neutre, donc de 7.

Lorsque le pH n’est pas optimal, les micro-organismes du sol sont au ralenti et l’assimilation des minéraux se fait difficilement pour les plantes.Il est donc important de connaître cette valeur et de la rectifier au besoin. Un sol acide peut être amendé avec de la chaux dolomitique en poudre (pierre calcaire pulvérisée) ou avec de la cendre de bois. Un sol trop alcalin peut être amendé avec du soufre ou de la mousse de tourbe. Une fois rectifié, l’ajout annuel de paillis de feuillus (BRF) et de compost tend à maintenir le pH au niveau neutre.

Il est tout de même conseillé de vérifier le pH aux 2-3 ans si on a dû le corriger, surtout si la productivité du potager semble décliner.

 


 

La structure du sol

La structure est la façon selon laquelle s’arrangent naturellement et durablement ces particules élémentaires (sable, limon, argile) en formant ou non des agrégats, appelés colloïdes. Ceux-ci sont liés entre eux grâce à l’humus, à l’argile et à la biologie du sol. Une bonne structure est dite grumeleuse. Elle ressemble un peu à du couscous grossier et irrégulier. Elle influence positivement le drainage, l’oxygénation, l’enracinement des plantes, ainsi que la rétention en eau, en nutriments et en minéraux du sol.

À l'implantation du sol d’un potager, il faut automatiquement pallier le manque de matière organique en ajoutant du compost, ainsi que de l’argile en poudre et de la terre, si le sol est de texture sablonneuse.

 

 

 

La biologie du sol et les méthodes culturales

Dans le sol de votre aménagement comme en forêt, c’est la microfaune du sol (bactéries et champignons bénéfiques, insectes, vers de terre, etc.) qui dégrade la matière organique pour la rendre assimilable par les plantes, par simple compostage de surface. Le sol agit comme un garde-manger, renfermant tout le contenu nécessaire à la bonne croissance des végétaux. La plante peut donc puiser ses nutriments/minéraux strictement en fonction de ses besoins.

On dit qu’un gramme de sol sain peut contenir jusqu’à un milliard d’organismes vivants, tels que les vers de terre, les mille-pattes, les acariens, les nématodes, les bactéries, les champignons et les algues microscopiques.

Fourcher, labourer, rotoculter, biner, utiliser une herse rotative, même une grelinette ou encore piétiner le sol, c’est en fait créer un tremblement de terre pour cette précieuse vie qui travaille pour nous! Plus le sol sera vivant et nourri en surface et plus le jardin sera productif. À chaque intervention mécanique faite au sol, on ralentit considérablement son évolution. En limitant son travail, on participe avec sa biodiversité à faire croître des plantes productives, robustes et résistantes aux insectes et aux maladies.

Une fois l’optimisation du sol existant on ne doit idéalement plus jamais le travailler, mais plutôt continuer à l’amender et le fertiliser en surface pour créer un compostage de surface. L’ajout  de compost, de fumier de poule et de paillis de feuillus (BRF) en surface permettent aux micro-organismes de se multiplier au fil du temps. La biologie du sol transforme cette matière pour la rendre assimilable par les plantes en compost.

 

 

Nous conseillons de déposer en surface du sol amendé :

 

  • 2.5 cm (1 po) de paillis de feuillus (BRF) au potager / 7.5 cm (3 po) en surface d'une plate-bande de vivaces comestibles.
  • 200 g/m² (20 g / p²) de fumier de poule en granules
  • La terre à plantation enrichie dans le cas d’un potager surélevé (différentes quantité selon la hauteur).


Coupe du sol après l’installation complète du potager. La quantité de terre à plantation enrichie diffère selon le projet.

 

 

 

 

 

 

 Pour plus de renseignements sur nos méthodes, venez nous visiter!