À racines comestibles

Topinambour

À savoir !

Topinambour

  • Helianthus tuberosus
  • Jerusalem Artichoke

À partir de

11,99 $

In stock

Format 2 gallons disponible


Plante très vigoureuse aux racines comestibles. Consommée cuite ou crue, son goût légèrement sucré, rappelle sensiblement celui des coeurs d'artichauts, des salsifis et des châtaignes d'eau. Avec sa grande taille et sa multiplication rapide par les racines, il est mieux de lui octroyer une place à l'écart du potager où elle pourra croître, sans gêner ses voisins. Peut servir de plante brise-vent très efficaces. ATTENTION : pour certaines personnes, le tubercule peut occasionner des gaz intestinaux, des flatulences ou du ballonnement. En consommer régulièrement éliminerait ses effets.


Jusqu’à 3m X infini. Soleil/Mi-ombre. Zone 3.

Tous nos produits sont vendus exclusivement à notre jardinerie de Val-David.

Disponibilité à la jardinerie :
Disponible !

* Champs obligatoires

Informations détaillées

Informations complémentaires

Nom Latin Helianthus tuberosus
Nom anglais Jerusalem Artichoke
Hauteur 121 cm et +
Largeur Envahissant
Parties comestibles Racines
Type de sol Léger (sableux), Sec, Riche, Drainé, Adaptable
Zone de rusticité 3
PH du sol Légèrement acide, Neutre, Alcalin
Type de racines Rhizome
Ensoleillement Soleil, Mi-ombre
Fonctions en permaculture Non

Utilisations

Culinaire

Le goût de ce légume racine vivace rappelle celui de l’artichaut et du navet. Cuit, il s’apprête comme une pomme de terre. En potage, en purée, en gratin, rôtie au four ou simplement poêler, il sera aussi délicieux. On peut aussi le manger cru, râpé ou coupé finement dans les salades, ou simplement en crudité. De la même famille que le tournesol, ses fleurs aussi sont comestibles. Ajoutez les pétales dans vos salades ou décorez vos plats juste avant de les servir. Ses jeunes pousses printanières sont également comestibles. On les consomme vauer ou poêlées, à la manière des asperges. Le topinambour contient beaucoup de vitamine A, B3 et C, et il est très riche en potassium et en fer.

Récolte

Le meilleur temps pour récolter les racines du topinambour est lorsque que le feuillage est complètement dépéri et sec, soit généralement en octobre. Alors, les ressources de la plantes se retrouvent bien enfouient dans ses racines et c'est donc à ce moment qu'elles sont à leur apogée. On peut aussi récolter les racines au printemps, avant que les jeunes pousses ne sortent du sol. Alors, les racines sont plus sucrées car elles auront subi le gel de l'hiver. La récolte se fait à la fourche pour remonter les tubercules à la surface.

La plante est envahissante donc on peut récolter tout ce que l'on retrouve dans le sol car les fragments de racines repartiront de plus bel au printemps suivant!

Selon l’herboristerie traditionnelle

Le topinambour contient aussi beaucoup d’inuline et de fibres, ce qui régularise la digestion et la flore intestinal. Son faible indice glycémique aurait aussi des effets positifs sur le diabète, en réduisant les lipides sanguins.

Conseils d'entretien

Plantation

Le topinambour idéalement planté dans un sol riche, profond et humide, avec une exposition plein soleil. Il produira aussi à la mi-ombre et cela aura pour effet de limiter son envahissement. Il suffit seulement d’enfouir à 10 centimètres de profond quelques tubercules. C’est une plante qui est envahissante, il est préférable de planifier sa plantation de manière à ce qu'il soit circonscrit. Si ce n'est pas possible de le placer à un endroit qui limitera son envahissement, entre la terrasse, la maison et le stationnement par exemple, nous conseillons d'installer dans le sol des barrières anti-racines de 2' de profondeurs afin de contrôler leur étalement et de limiter ainsi l'entretien. 

Un ajout de compost est conseillé lors de la plantation. L’utilisation d’un paillis de feuillus (BRF) en surface (avec un amendement de fumier de poule en dessous de ce dernier) est recommandée pour garder le sol frais et humide, pour limiter les herbes indésirables et pour la fertilisation de la plante à moyen et long terme.

Taille et fertilisation

Les plants son généralement coupés juste avant la récolte pour rendre cette dernière plus facile. Un ajout de fumier de poule en granules aux trois semaines entre le mois de mai et la mi-juillet permet de transformer le paillis de feuillus (BRF) en compost de surface qui devient alors disponible pour la plante.

Pour limiter son étalement, on peut aussi récolter ses pousses allégrement au printemps.

Maladies et parasites

Plusieurs aiment ses feuilles. Au printemps les jeunes pousses sont appréciées des limaces et des escargots. Durant l’été c’est les chevreuils qui apprécieront son feuillage. Dans un sol trop humide, son feuillage peut être atteint par l’oïdium, mais surtout en fin de saison, ce qui ne compromet pas la récolte.